ARC_PHONO

 

Colloque
•••
•••

Accueil
Programme
Intervenants

 

Alexandre Castant
Petite histoire du bruit du vent, note sur le sonore, le visible et l’invisible

Cette communication abordera la relation entre le visible et l’invisible dans le champ des arts sonores et, pour cela, se développera en deux parties. La première partie traitera de l’immatérialité puis de la poétique de l’inaudible dans l’art contemporain. En effet, de nombreuses œuvres d’art repoussent, aujourd’hui, les limites entre le visible et l’invisible, le perceptible et l’imperceptible en expérimentant pour cela le matériau sonore. En participant d’une tradition de la recherche sur l’immatérialité, que l’on fera remonter à Marcel Duchamp, c’est dans une expérimentation de la plasticité sonore que, d’un point de vue visuel mais aussi radiophonique, ces œuvres éclosent (du compositeur José Antonio Orts au plasticien Max Neuhaus). Dans une deuxième partie, ces mêmes thématiques (immatérialité, perception de l’imperceptible, invisibilité...) seront abordées à travers la représentation — d’un point de vue sonore mais toujours en liaison avec les arts visuels — du vent, des vents. Ainsi, l’on s’interrogera dans l’histoire du cinéma, sur le rapport image-son produit, par exemple, par le bruit du vent dans le parc du film Blow-up d’Antonioni (1967), ou encore dans Une histoire de vent de Joris Ivens (1988), mais aussi sur cette même figuration du vent au temps du muet dans, par exemple, Le Vent de Victor Sjöström (1928) [il est en effet à noter que le cinéma muet traite, à sa façon et avec ses outils à l’écran, de la cause narrative comme de la conséquence phénoménologique du bruit du vent]. Et puis, l’art audio sera évidemment étudié (par exemple, dans l’exposition Vents dominants, Musée Réattu et Phonurgia Nova, Arles, 2007) car la figure sonore du vent y pose de multiples questions, esthétiques et techniques. Enfin, une proposition sur la voix comme métaphore lyrique du souffle et du vent dans certaines œuvres visuelles et sonores conclura cette petite histoire du bruit du vent qui, finalement, apparaîtra comme la synthèse du rapport, entre le sonore, le visible et l’invisible, que cette communication a pour objet.

Alexandre Castant est essayiste, critique d’art, et professeur à l’École nationale supérieure d’art de Bourges où il anime, entre autres, le séminaire L’Atelier sonore d’esthétique (http://ateliersonoredesthetique.ensa-bourges.fr). En 2007, il a publié aux éditions Monografik Planètes sonores, radiophonie, arts, cinéma (nouvelle édition augmentée, 2010).

Jumelé avec l’artiste

Audrey Douanne vit et travaille entre Montréal et Montreuil sous Bois (France). Sa pratique artistique plurielle porte sur la mise en scène du familier et sur les relations du domestique à l’art. Dans ses vidéos notamment, l'espace domestique s'appréhende par des ambiances sonores qui placent le spectateur dans une proximité affective avec l'œuvre. Elle est membre du groupe de recherche Arc_phono depuis 2009. Son travail a été présenté à Montréal lors de son exposition Que ces quelques fleurs vous apportent le bonheur au CDEx (2012) et lors de l’exposition collective Assortiment aux Espaces Jean Brillant (2011), ainsi qu'en France (On joue feu, Espace En Cours, Paris, 2008 ; Allume la lumière dit-elle...et la lumière s’alluma, La Générale, Paris, 2007). Elle a obtenu sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Uqam en 2012 et son DNSEP en France en 2006.

 

Colloque_2012

 

www.000webhost.com